Principes de la prise en charge

 

L’accompagnement des personnes en surpoids, quelque soit leur âge, vise à les aider à modifier durablement leurs comportements et leurs habitudes, d’alimentation, d’activité physique, de mode de vie afin de limiter leur excès de poids.

Des recommandations nationales ont été travaillées en 2011 et émises par la Haute Autorité de Santé (www.has-sante.fr). Elles précisent en premier lieu que cette accompagnement doit s’appuyer sur les principes de ce que les soignants appelle l’ETP : Education Thérapeutique du Patient.

Cette approche a été développée dans la prise en charge des maladies chroniques ; elle est la seule à disposition pour l’obésité de l’enfant et l’adolescent (en effet il n’y a actuellement aucun médicament disponible et la chirurgie bariatrique n’est pas recommandée) et doit être le fil conducteur de celle de l’adulte, même si une chirurgie est envisagée.

Il s’agit donc d’aider la personne en surpoids et son entourage (qui doit nécessairement être impliqué chez l’enfant et l’adolescent mais aussi chez l’adulte) à acquérir ou maintenir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour mettre en place ces changements. Cette démarche est nécessairement personnalisée (pas de prescription de « régime » identique pour tous) et doit amener les personnes à trouver eux-mêmes les solutions.

 Plusieurs étapes sont nécessaires :

  1. Identifier avec l’aide des soignants les difficultés principales qui ont amené cette personne à prendre trop de poids (ces difficultés peuvent être très différentes d’une situation à l’autre et ne concernent pas que l’alimentation), et les ressources qu’elle possède ;
  2. Définir ensemble des priorités et convenir d’objectifs concrets de changements que l’on se sent en capacité d’appliquer.

Les soignants sont alors d’avantage des guides que des prescripteurs, ils apportent connaissances et expertise mais sans imposer leur point de vue.

Pour cela des techniques, des outils sont à disposition ; pour aider un jeune enfant à appréhender la notion de portion dans l’assiette différente selon l’âge, l’histoire de Boucle d’Or est très utile ; avoir une portion plus petite dans son assiette n’est alors plus vécue comme une injustice mais comme normal ; des parents peuvent être sollicités en groupe pour donner des solutions à des parents confrontés à un adolescent obèse en difficulté visualisés sur une video et construire avec le soignant une « charte du parent aidant ».

Cet accompagnement doit s’inscrire dans la durée, nécessite des consultations dédiées régulières. C’est le meilleur garant d’une absence de reprise de poids secondaire.

Dans l’idéal, le médecin doit être secondé par d’autres professionnels : diététiciens, psychologues, professionnels de l’activité physique… C’est un travail en réseau, idéalement au plus près de la personne.

Le parcours de soin va du premier recours en libéral par le médecin de terrain aidé par un ou d’autres professionnels au troisième recours par des équipes spécialisées dans les CHU lorsque cela est nécessaire.

 Lien vers parcours de soin 

 

     Quels objectifs de perte de poids?

Chez l’enfant en croissance : il n’est pas nécessaire de perdre du poids.

Un enfant prend du poids naturellement tout au long de sa croissance et particulièrement pendant la puberté : lui imposer alors de perdre du poids (et même seulement de le stabiliser) est lui demander un effort trop important et inutile qui risque de le décourager.

L’objectif doit être de ralentir la prise de poids: la croissance en taille permettra alors à l’enfant de devenir plus mince et sa corpulence s’améliorera (son tour de taille rapporté à sa taille diminuera)

Pour l’adulte en surpoids, l’objectif est avant tout de ne pas prendre de poids

Pour l’adulte obèse : une perte de poids d’environ 10% de son poids initial (par ex 10 kg si poids de 100 kg) permet une nette amélioration de son état de santé global

Chez ceux qui ont déjà essayé de maigrir à de multiples reprises mais ont repris tout le poids perdu, stabiliser son poids est déjà une belle réussite.

Rédigé par Véronique NEGRE, mis à jour le 03/07/2014